Un matin brumeux du côté turque de la frontière syrienne.

Un matin brumeux du côté turque de la frontière syrienne.

 9h du matin, assis dans un café face à une tasse de turkish coffee corsée, j'observe la scène extérieure avec curiosité. Un épais brouillard noie la ville de Yayladağı toute la matinée, dans une ambiance presque mystique.

9h du matin, assis dans un café face à une tasse de turkish coffee corsée, j'observe la scène extérieure avec curiosité. Un épais brouillard noie la ville de Yayladağı toute la matinée, dans une ambiance presque mystique.

DSCF9926DSCF9926-2.jpg
DSCF0032DSCF0032.jpg
 Certains réfugiés ont décidé de s'installer hors des camps de réfugiés, à quelques centaines de mètres de la Syrie, dans les montagnes. Ce choix est motivé par leur désir de liberté.

Certains réfugiés ont décidé de s'installer hors des camps de réfugiés, à quelques centaines de mètres de la Syrie, dans les montagnes. Ce choix est motivé par leur désir de liberté.

DSCF9912DSCF9912.jpg
DSCF9899DSCF9899 copy.jpg
DSCF9927DSCF9927.jpg
 Sur le bord de la route, des réfugiés syriens attendent de se faire aider. Certains sont installés depuis plus de 4 ans et espèrent rentrer en Syrie dès la fin de la guerre.

Sur le bord de la route, des réfugiés syriens attendent de se faire aider. Certains sont installés depuis plus de 4 ans et espèrent rentrer en Syrie dès la fin de la guerre.

L1004290L1004290.jpg
DSCF0055DSCF0055.jpg
 Les pieds nus, les yeux vert émeraude, certains enfants naissent en Turquie, à une centaine de mètres de la Syrie.  Tous les matins, ils se lèvent en voyant leur pays à feu et à sang, en espérant rentrer un jour

Les pieds nus, les yeux vert émeraude, certains enfants naissent en Turquie, à une centaine de mètres de la Syrie.  Tous les matins, ils se lèvent en voyant leur pays à feu et à sang, en espérant rentrer un jour

L1004226L1004226.jpg
DSCF0015DSCF0015.jpg
DSCF0042DSCF0042_1.jpg
 Dans un des camps,  j'ai rencontré une très jeune fille : Farah. Je l'ai tout de suite remarqué avec ses cheveux bouclés et ses yeux bleus azur. On m'a ensuite raconté que sa famille a perdu 7 membres dans les bombardements de Homs. 

Dans un des camps,  j'ai rencontré une très jeune fille : Farah. Je l'ai tout de suite remarqué avec ses cheveux bouclés et ses yeux bleus azur. On m'a ensuite raconté que sa famille a perdu 7 membres dans les bombardements de Homs. 

DSCF9953DSCF9953.jpg
DSCF0049DSCF0049.jpg
L1004289L1004289.jpg
L1004258L1004258.jpg
L1004276L1004276.jpg
L1004321L1004321.jpg
 Alep.

Alep.

 Dimanche après-midi, des centaines de camions transportants des aides pour la Syrie font la queue en attendant de passer la frontière

Dimanche après-midi, des centaines de camions transportants des aides pour la Syrie font la queue en attendant de passer la frontière

 Un matin brumeux du côté turque de la frontière syrienne.
 9h du matin, assis dans un café face à une tasse de turkish coffee corsée, j'observe la scène extérieure avec curiosité. Un épais brouillard noie la ville de Yayladağı toute la matinée, dans une ambiance presque mystique.
DSCF9926DSCF9926-2.jpg
DSCF0032DSCF0032.jpg
 Certains réfugiés ont décidé de s'installer hors des camps de réfugiés, à quelques centaines de mètres de la Syrie, dans les montagnes. Ce choix est motivé par leur désir de liberté.
DSCF9912DSCF9912.jpg
DSCF9899DSCF9899 copy.jpg
DSCF9927DSCF9927.jpg
 Sur le bord de la route, des réfugiés syriens attendent de se faire aider. Certains sont installés depuis plus de 4 ans et espèrent rentrer en Syrie dès la fin de la guerre.
L1004290L1004290.jpg
DSCF0055DSCF0055.jpg
 Les pieds nus, les yeux vert émeraude, certains enfants naissent en Turquie, à une centaine de mètres de la Syrie.  Tous les matins, ils se lèvent en voyant leur pays à feu et à sang, en espérant rentrer un jour
L1004226L1004226.jpg
DSCF0015DSCF0015.jpg
DSCF0042DSCF0042_1.jpg
 Dans un des camps,  j'ai rencontré une très jeune fille : Farah. Je l'ai tout de suite remarqué avec ses cheveux bouclés et ses yeux bleus azur. On m'a ensuite raconté que sa famille a perdu 7 membres dans les bombardements de Homs. 
DSCF9953DSCF9953.jpg
DSCF0049DSCF0049.jpg
L1004289L1004289.jpg
L1004258L1004258.jpg
L1004276L1004276.jpg
L1004321L1004321.jpg
 Alep.
 Dimanche après-midi, des centaines de camions transportants des aides pour la Syrie font la queue en attendant de passer la frontière

Un matin brumeux du côté turque de la frontière syrienne.

9h du matin, assis dans un café face à une tasse de turkish coffee corsée, j'observe la scène extérieure avec curiosité. Un épais brouillard noie la ville de Yayladağı toute la matinée, dans une ambiance presque mystique.

Certains réfugiés ont décidé de s'installer hors des camps de réfugiés, à quelques centaines de mètres de la Syrie, dans les montagnes. Ce choix est motivé par leur désir de liberté.

Sur le bord de la route, des réfugiés syriens attendent de se faire aider. Certains sont installés depuis plus de 4 ans et espèrent rentrer en Syrie dès la fin de la guerre.

Les pieds nus, les yeux vert émeraude, certains enfants naissent en Turquie, à une centaine de mètres de la Syrie.  Tous les matins, ils se lèvent en voyant leur pays à feu et à sang, en espérant rentrer un jour

Dans un des camps,  j'ai rencontré une très jeune fille : Farah. Je l'ai tout de suite remarqué avec ses cheveux bouclés et ses yeux bleus azur. On m'a ensuite raconté que sa famille a perdu 7 membres dans les bombardements de Homs. 

Alep.

Dimanche après-midi, des centaines de camions transportants des aides pour la Syrie font la queue en attendant de passer la frontière

show thumbnails